Célébration

ORDINATIONS DIACONALES ET PRESBYTERALES A SOKODE

Samedi, 26 Juin 2021 quatre nouveaux pasteurs ont été ordonnés dans la nouvelle église Notre Dame de l’Assomption de Komah à Sokodé, pour le service et la mission dans l’Eglise. Les concernés sont : les frères Augustin-Bernardin KANTCHIRE et Yvon AKPABIE pour le diaconat ; Bonaventure PIESSOU et Ignace AISSAH pour le presbytérat : tous Assomptionnistes.

Cette cérémonie d’ordination a été présidée par Monseigneur Célestin Marie GAOUA évêque du diocèse de Sokodé. Il avait à ses côtés Monseigneur Jacques ANYLUNDA, évêque émérite de Dapaong, le Père Georges HOUSSOU vicaire des Augustins de l’Assomption d’Afrique de l’ouest, et la présence d’une trentaine de prêtres venus de différents diocèses.

Il faut dire qu’après la liturgie de la Parole, le Père évêque a procédé à l’appel des frères au diaconat et presbytérat avant de prononcer son homélie. A cet effet, le prélat a instruit les ordinands que « la vocation ne prend pas fin au diaconat et au presbytérat ». Il s’est aussi inspiré du bulletin paroissial n°3 en partageant sa découverte sur l’instruction « l’examen raisonné » (Ecrits spirituels P. 1249) du Père Emmanuel D’Alzon. Ainsi, il invitait les quatre pasteurs, en partant de cette instruction de notre fondateur, à vivre la charité en ces termes ; « …La charité, pour être libre de s’unir à Dieu, renonce à toute affection terrestre et produit : la chasteté, l’amour de Dieu demandant le sacrifice de tout ce qui pourrait le ternir même dans les choses permises ; l’oraison, considérée comme union avec Dieu ; l’apostolat… »

La cérémonie d’ordination a été marquée proprement par l’engagement dans un dialogue franc avec l’Evêque et les candidats au diaconat, l’imposition des mains de l’évêque et de la prière consécratoire ; suivie de la vêture de l’étole et de la dalmatique, de la remise de l’évangéliaire et du baiser de paix des évêques et du Vicaire des assomptionnistes. Les ordinants au presbytérat se sont engagés aussi devant les fidèles à vivre leur ministère de prêtre selon les prescriptions de l’Eglise avant de recevoir l’imposition des mains de l’évêque ordinaire du lieu et la prière consécratoire (signe de la consécration). Enfin, ils ont suivi les rites complémentaires au cours desquels, chaque ordinant a reçu les vêtements sacerdotaux (l’étole et la chasuble), l’onction du Saint Chrême sur la paume des mains, la patène et le calice, instruments nécessaires pour l’eucharistie et le baiser de paix traditionnel des deux évêques et du Vicaire de l’Afrique de l’ouest (signe de communion et d’accueil).

Après cette partie émouvante vécue dans la foi, qui a fait des frères de nouveaux diacres et prêtres, la messe s’est poursuivie avec la liturgie eucharistique. Désormais, avec la grâce des ministères diaconales et presbytérales, les frères sont respectivement au service de l’Evêque, de l’Eglise et pour la sanctification du peuple de Dieu. A la fin de la célébration, les élus du jour ont rendu grâce au Seigneur tout en bénissant leurs familles biologiques puis les amis venus de près ou de loin. Pour étendre la joie du sacerdoce en eux et autour d’eux, un verre d’amitié a été offert dans la grande salle polyvalente de ladite paroisse NDA de Komah.

Père FAWIE Armand, dit ancien

Partager sur :
Publié dans A Komah | Laisser un commentaire

PHILOSOPHIE

Cette galerie contient 1 photo.

TRAVAIL DE FIN DE CYCLE A OUAGADOUGOU LA CONTRAINTE ET LA LIBERTÉ DANS PHILOSOPHIE DE L’ÉDUCATION DE KANT Tout homme qui naît dans une société bénéficie d’une éducation qui détermine son agir dans la société. Face à la recrudescence des … Continuer la lecture

Partager sur :
Toutes les galeries | Laisser un commentaire

PHILOSOPHIE

Cette galerie contient 1 photo.

TRAVAIL DE FIN DE CYCLE A OUAGADOUGOU L’originalité du fondement de la morale chez Henri Bergson Le thème sur lequel a porté mon travail est celui de « L’originalité du fondement de la morale chez Henri Bergson ». Le problème … Continuer la lecture

Partager sur :
Toutes les galeries | Laisser un commentaire

PHILOSOPHIE

Cette galerie contient 1 photo.

TRAVAIL DE FIN DE CYCLE A OUAGADOUGOU La question de l’autre chez Emmanuel MOUNIER Le thème de notre travail de fin de cycle philosophique porte sur « la question de l’autre chez Emmanuel MOUNIER ». Notre réflexion est partie d’un constat selon … Continuer la lecture

Partager sur :
Toutes les galeries | Laisser un commentaire

PHILOSOPHIE

Cette galerie contient 1 photo.

TRAVAIL DE FIN DE CYCLE A OUAGADOUGOU « La complexité du réel chez Gaston Bachelard«  Nous avons intitulé notre travail de fin de cycle de philosophie « La complexité du réel chez Gaston Bachelard ». Nous avons travaillé sous la direction de Monsieur … Continuer la lecture

Partager sur :
Toutes les galeries | Laisser un commentaire

SESSION DES JEUNES PRÊTRES ET DIACRES

Du 25 au 27 mai s’est tenue la session pour les jeunes prêtres assomptionnistes de l’Afrique de l’Ouest de moins de 5 ans de ministère et diacres et futurs diacres. La session a eu pour thème : « Célébration des Sacrements et pastorale des jeunes ». Ce thème a été développé par le Père Vincent KAMBERE à Sokodé (Komah). Nous avons au total 14 participants dont : 3 de Ouaga, 3 de Lomé, 4 de Komah au postulat et 3 du noviciat avec un ancien prêtre le père Boniface.

Le premier jour de notre session, nous avions eu au total 3 conférences, deux le matin et une le soir suivie d’un carrefour. Nous avions eu à discuter sur : les raisons fondamentales de la pastorale des jeunes d’une part et d’autre sur les agents pastoraux et les jeunes dans un monde aux multiples défis.

Le deuxième jour a été consacré à la suite du sous thème : les agents pastoraux et les jeunes dans un monde aux multiples défis c’est-à-dire, comment proposer l’Évangile dans la vérité aux jeunes d’aujourd’hui ? Le développement de ces questions nous a conduits à un échange et partage avec des jeunes de notre paroisse Notre Dame de l’Assomption (NDA) sur des questions en rapport au mariage. Entre autres : quelles sont les pressions extérieures qui empêchent nos jeunes à s’engager dans le mariage aujourd’hui ? Quels types de mariage préfèrent nos jeunes d’aujourd’hui ?

En fin le troisième et dernier jour a été l’occasion d’un entretien autour de l’accompagnement des jeunes dans la liberté et non dans le libertinage. Le pasteur qui accompagne se veut être indulgent, patient, attentif… Il doit se mettre à la houlette de Dieu en amenant les jeunes à être des protagonistes dans leurs propres tâches, afin de leur permettre de discerner par eux-mêmes ce qui les concerne et de les impliquer. L’accompagnateur doit être prêt à annoncer dans la liberté, à dénoncer les mauvaises pratiques sans avoir honte et renoncer lui-même de se configurer aux jeunes pour ne pas être entrainé par le courant des jeunes.

À la fin de la session, nous avons émis quelques recommandations :

1- Comme les jeunes évoquent souvent le manque de moyens pour ne pas aller au mariage, nous envisageons les mariages en groupe pour éviter trop de dépenses.

2- Nous proposons des moments de convivialités avec les jeunes en y prévoyant des instructions sur des thèmes comme le mariage, le baptême, la confession….

3- Nous devons trouver des langages appropriés qui incluent les jeunes…

4- Revoir nos méthodes avec les jeunes en leur proposant ce qu’ils aiment (danse, chant…)

5- Faire des rencontres fréquentes avec les jeunes à partir des activités qui les intéressent.

La session a pris fin avec de belles appréciations surtout à l’endroit des initiateurs de cette session et du prédicateur le P. Vincent.

Propos recueillis du frère Blaise

Partager sur :
Publié dans A Komah | Laisser un commentaire

Les jeunes prêtres du Vicariat d’Afrique de l’Ouest étaient en session de formation du 25 au 27 mai 2021 à Sokode avec le Père Vincent Kambere que nous tenons à remercier encore une une fois et infiniment pour son sens de sacrifice.

Partager sur :
Publié dans La vie des communautés | Laisser un commentaire

ENTRÉE AU POSTULAT DE HUIT JEUNES CANDIDATS

Depuis le vendredi 12 février 2021 passé, nous avons eu la joie de fêter avec huit jeunes leur entrée au postulat dans la congrégation des Augustins de l’Assomption. Au nombre de huit, ces jeunes qui ont commencé leur cheminement et leur formation à la suite du Christ à travers les pas d’Emmanuel d’Alzon, notre fondateur, ont été accepté par le conseil vicarial en vue de leur entrée au postulat de Sokodé-Komah (Togo). Cette entrée a dû se faire lors d’une cérémonie au cours des offices des Vêpres de ce dit vendredi dans la chapelle de la communauté de Komah en présence des frères de la communauté du noviciat. Depuis septembre 2020, ces jeunes, venant de trois pays : 1 ivoirien, 2 burkinabè et 5 togolais ; vivaient l’expérience de la vie communautaire assomptionniste.

Dans son mot, le Père Vincent KAMBERE, supérieur de la communauté de Sokodé-Komah nous a rappelé le but de notre rencontre ; celui de l’engagement de ses huit jeunes à la suite des pas du Père Emmanuel d’Alzon.

Il a exhorté les postulants à être malade pour l’avènement du Règne de Dieu et pour le témoignage du Christ aux autres à travers notre triple amour : du Christ, de la Vierge Marie et de l’Eglise. Le triple amour est pour nous des stratégies pour restituer Dieu aux hommes et ces derniers à Dieu. Il a invité ces jeunes à travailler pour la passion du Règne. Et pour finir, il les a invité à comprendre l’explication ou la signification de ces deux mots généralement utilisé : « appelé » et «choisir ». Pour lui, quand on est appelé, on s’abandonne pour entrer dans le projet de Dieu. Et quand on est choisi, on pense qu’on peut tout faire tout en oubliant l’essentiel, en mettant le projet de Dieu à côté et même aller jusqu’à rendre la vie difficile aux autres. Avec ces deux mots, il invite donc les postulants à voir et à bien discerner le mot qui les sied pour leur cheminement et leur formation. Sa prière était que le Seigneur puisse faire d’eux des postulants selon son cœur.

Les postulants ont, au cours de la cérémonie, partager ce qui les habitent et ce qui les motivent sur ce chemin à la suite du Père Emmanuel d’Alzon. En voici quelques extraits :  

Jacques K.: Grande est ma joie pour cet évènement que nous sommes en train de vivre ce soir. « Viens et vois (…) » (Jean 1, 46-47). Pour moi l’appel à suivre le christ se résume en cette phrase qui constitue la pierre angulaire de ma vocation. Après avoir passé trois mois de vie communautaire où j’ai gouté à l’esprit de famille et de fraternité, où j’ai aussi vécu des moments de doutes et de difficultés, le Seigneur m’a encore dit viens et vois. Je voudrais en cette circonstance traduire toute ma reconnaissance au seigneur pour cette nouvelle étape de mon cheminement vocationnel. Mes remerciements vont aussi à l’endroit de tous ceux, par le Souffle de l’Esprit Saint m’ont permis de pouvoir effectuer mes premiers pas à l’Assomption. Ma prière est que Marie la Reine des vocations m’accompagne durant mon cheminement, surtout pour cette étape, à répondre librement et pleinement à l’appel du seigneur. Amen !    

Christian: Grande est ma joie en ce soir du 12 février qui me voit franchir un nouveau cap dans la famille des Augustins de l’Assomption. Mon action de grâce va d’abord à l’endroit de Dieu, pour ses merveilles dans ma vie. Ma reconnaissance va ensuite à la famille des Augustins de l’Assomption. L’assomptionniste pour moi, c’est cet homme que l’amour du règne perd chaque jour et qui irradie la lumière, le sérieux, la générosité, la fougue pour les choses de Dieu… Merci de votre accueil ! Je compte sur vos prières pour la suite. Mes remerciements vont enfin à mes autres frères de promotion. Merci pour ce que vous êtes et faites. Confiance car il est fidèle, Celui qui appelle.  Merci.

Antoine: Je suis très ému de prendre la parole devant vous ce soir, à l’occasion de cet évènement. Pour accompagner ce moment je souhaiterais lire ce verset tiré du l’évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 15,16 : « Ce n’est pas vous qui m’avez choisis, c’est moi qui vous ai choisis et institués pour que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure ». Je n’ai pas de mots justes pour exprimer ce que je ressens, mais je bénis le seigneur pour cette grâce qu’il m’a accordé et son soutien pour ce temps écoulé. Je remercie vivement l’Assomption pour l’expérience communautaire et la vie fraternelle que j’ai vécue jusque-là et cet accueil aujourd’hui au postulat. Je suis très heureux pour cet appel reçu du seigneur celui de marcher à sa suite. A mes formateurs un sincère merci. Je me confie à vous mes frères et à vos prières. A travers cette nouvelle étape qu’est le postulat, que le Saint Esprit me guide, me donne assez d’humilité, d’obéissance et d’écoute afin que je puisse porter de bon fruit. Merci.   

Paul: « Le Seigneur m’a séduit et je me suis laissé séduire ». (Jr 20,7) Par cette séduction, permettez-moi de chanter avec la Vierge Marie le cantique d’action de grâce au Seigneur pour ce temps de pré-postulat qui s’achève aujourd’hui et m’ouvre un autre chemin qu’est le postulat : « Mon âme exalte le Seigneur et mon esprit tressaille de joie en Dieu mon Sauveur ». Le sentiment qui m’anime actuellement est un mélange de joie et de grâce. Les mots me manquent pour vous exprimer ce que je ressens au fond de mon cœur en faisant ce pas de plus; je n’ai qu’à rendre grâce à Dieu. A vous chers pères et frères formateurs, un sincère merci à vous pour l’opportunité que vous m’avez donné de faire ce pas de plus et l’accueil que vous me réservez au postulat. 

Théodore: Grande est ma joie en cette soirée à l’occasion de cette cérémonie d’entrée au postulat. En effet, depuis que j’ai dit à Jésus « Rabbi où demeures-tu ? », et qu’il m’a répondu « viens et vois » (Jn 1, 38-39) ; je me suis mis à sa suite, et jusque-là je ne suis pas arrivé à destination. Cependant, au jour le jour, je me rapproche de sa demeure. Cette étape ci est donc pour moi une des étapes clés dans ma marche à sa suite. Je ne peux donc pas manquer de témoigner au Seigneur ma reconnaissance. Je veux dire un sincère merci à vous, mes Pères formateurs pour tout. Et j’espère pouvoir toujours compter sur vous pour le reste de la route. Chers frères des Augustins de l’Assomption, que vos prières me soutiennent et me fortifie. Merci.

Junior: Benoît XVI  disait aux jeunes réunis à Cologne : « N’ayez pas peur du Christ. Il ne vous enlève rien. Il donne tout. (…) Ouvrez-lui toute grande la porte. Et vous trouverez la Vie. » Shalom. Oui j’ai trouvé la vie. Durant ces quelques mois qui furent l’étape du pré-postulat j’ai vécu, j’ai expérimenté les délices, les joies et les douleurs que représentait la marche à la suite du Christ. Pour cette expérience reçue, pour cette vie trouvée je tiens tout d’abord à remercier celui qui nous réuni, Dieu le Père. Un sincère merci à la congrégation des Augustins de l’Assomption cette famille religieuse qui petit à petit me faire naître à la vie religieuse à l’école du P. Emmanuel d’Alzon. Le chemin est encore long, nous ne sommes qu’au début mais comme le disait le P. d’Alzon notre fondateur « (…) il nous faudra du courage et de la joie dans l’épreuve pour être de bon ouvriers du royaume. »  Merci.         

Albert: « Si quelqu’un veut me suivre qu’il prenne sa croix et me suive » (Matthieu 16, 24). Une fois ressenti le désir de servir Dieu en m’engageant dans la vie religieuse, j’ai voulu faire une expérience de vie communautaire dans la famille des Augustins de l’Assomption. Cela m’a permis de goûter la joie de cette vie à savoir : la fraternité, la simplicité et la générosité qui règne ici à l’Assomption. J’ai découvert l’union et la solidarité comme l’a dit saint Augustin dans sa règle de vie communautaire : « Avant tout vivez unanime à la maison, ayant une seule âme et un seul cœur tourné vers Dieu. »  Tout ceci m’a permis de me donner à la suite du Christ en faisant une demande d’entrée à cette nouvelle étape du postulat. Je rends grâce à Dieu de m’avoir assisté durant cette étape du pré postulat qui vient de s’écouler. Pour cette nouvelle étape, vous que le Seigneur a choisi pour nous conduire à sa suite, qu’il vous comble de ses bienfaits et vous remplisse des grâces dont vous avez besoins afin de pouvoir donner le meilleur de vous-mêmes à nous qui sommes sur le cheminement. Que l’éternel vous bénisse !!!

Carlos: « J’entendis la voix du Seigneur, disant, Qui enverrai je et qui marchera pour nous ? Je répondis : Me voici envoi moi. » (Esaïe 6, 8). Oui le Seigneur m’a séduit par la maladie de son amour. Il m’a appelé à sa suite à travers la famille religieuse de l’Assomption et je lui répondis : « me voici envoie- moi ». En ce jour où j’amosolennellement l’étape du postulat, je rends grâce à Dieu pour ce qu’il a été pour moi durant ces trois mois de pré-postulat écoulés et lui confie la suite de mon cheminement. Ce n’est que le début d’un long cheminement qui est en même temps un court parcours car les jours passent tellement vite.  Je me demande si la journée fait toujours 24 h. Je me recommande alors à vos humbles prières et conseils chers pères, chers frères afin que je puisse comme le Père d’Alzon aimer Jésus christ et aimer tout ce qu’il aime c’est à dire sa Mère et son Eglise. Je vous remercie. 

Les postulants ont chacun reçu de la main du Père Vincent KAMBERE une médaille portant sur une facette, l’effigie du Père Emmanuel d’Alzon et sur l’autre facette l’effigie de la Vierge Marie; puis leur lettre d’admission au postulat et une effigie de la prière pour la béatification du Père Emmanuel d’Alzon. La soirée a pris fin par un repas fraternel dans la joie et la convivialité entre frères. Bon courage à nos jeunes postulants.

Fr. Augustin-Bernardin B. KANTCHIRE, a.a.

Quelques photos:

Partager sur :
Publié dans La vie des communautés | 3 commentaires

MESSE PREMICES DU PERE RENAUD KOMABOU A LA PAROISSE SAINTE THERESE DE L’ENFANT JESUS D’ASRAMA

En ce 31 janvier 2021, quatrième dimanche du temps ordinaire, a eu lieu sur la paroisse sainte Thérèse de l’Enfant Jésus d’Asrama (Diocèse de Kpalimé-Togo) la messe de prémices du Père Renaud KOMABOU assomptionniste. Il est le fils de la dite paroisse, et était entouré pour la circonstance d’une dizaine de prêtres, de diacres, de religieux et religieuses, des parents, des amis, des autorités traditionnelles et administratives de la localité, d’une grande foule de fidèles chrétiens catholiques et d’autres confessions religieuses.

Dans son mot d’accueil, le Père Justin AKAKPO, curé de la paroisse a d’abord rendu grâce à Dieu pour ce grand jour et ensuite a souhaité une cordiale bienvenue à tous. Il a cet effet au nom de toute la paroisse offert une chasuble une étole au Père Renaud pour la circonstance et c’est avec ces nouveaux habits liturgiques qu’il a continué la messe.

Dans son homélie s’inspirant des textes liturgiques du jour (Dt 18, 15-20 ; 1Cor 7, 32-35 ; Mc 1, 21-28), le Père Vivien DOKOUI assomptionniste, a rappelé que Dieu a fait la promesse d’un prophète à son peuple. Pour Dieu, ce prophète sera pris parmi les siens. Cette promesse de Dieu nous pouvons la comparer à l’événement que nous vivons en ce jour, la messe prémices d’un fils d’Asrama. De ce fait, le Père Vivien poursuivit en invitant le peuple de Dieu à avoir la foi en Jésus Christ : abritons-nous sous son ombre pour recevoir sa miséricorde et entrer dans son salut.  Pour finir, le Père Vivien a exhorté le nouveau prêtre à une vie de prière et de méditation de la Parole de Dieu, source de notre force ; à la culture de l’obéissance et de l’humilité dans toutes ses actions pastorales. Que le seigneur te donne la sagesse nécessaire pour gouverner et sanctifier le peuple en son nom, a-t-il conclu.

Avant la fin de la messe, les fidèles et amis accompagnés des chants d’action de grâce ont apporté leurs présents au nouveau prêtre ; s’en est suivi des mots respectivement du Révérend Père Georges HOUSSOU vicaire d’Afrique de l’Ouest des Assomptionnistes, Togbui EDOH Mawuko chef canton d’Asrama, Révérend Père Justin AKAKPO curé de la paroisse et le révérend Père Renaud KOMABOU l’élu du jour, pour témoigner de leur gratitude à Dieu, aux parents, aux invités, aux organisateurs et tous les acteurs liturgiques de cette célébration tout en invitant les uns et les autres à porter le nouveau père dans sa pastorale auprès des immigrants.

Soulignons que le Père Renaud est le troisième consacré originaire de la paroisse sainte Thérèse de l’Enfant Jésus d’Asrama à la suite de la Sœur Brigitte KOMABOU (religieuse canossienne) et du Père Vivien DOKOUI (religieux assomptionniste).

            À la fin de la célébration eucharistique, une réception a été organisée à l’honneur de l’élu du jour afin de partager les joies et de marquer l’événement.

Fr. Pascal GABIAM, aa

Partager sur :
Publié dans A Komah, A Lomé, La vie des communautés | Laisser un commentaire

LES ASSOMPTIONNISTES DE OUAGADOUGOU ÉTAIENT EN RETRAITE

Du 22 au 30 janvier 2021, la communauté Assomptionniste de Ouagadougou a vécu une semaine de retraite annuelle au centre spirituel Paam-Yoododes Jésuites. Nos échanges se sont articulés autour du thème : « la vie fraternelle et la communion. » Cette retraite a été animée par la sœur Martine Tapsoba, ancienne supérieure générale des Religieuses de l’Assomption. Elle nous a proposé une retraite de type ignatien, avec accompagnement quotidien. Cette manière inhabituelle à la tradition alzonienne a permis à chaque frère de la communauté d’avoir quatre moments de méditation personnelle, nourris par des textes bibliques et des numéros de notre Règles de Vie.

Dans ses différentes interventions, la Sœur nous exhortait à la prise de conscience du Corps du Christ que nous formons et à l’assiduité dans la prière. Notre vie communautaire, disait-elle, constitue une grâce et doit ainsi demeurer le reflet de la communion et de l’amour qui règnent au sein de la Sainte Trinité. La communauté doit être un véritable terreau qui favorise l’épanouissement personnel et communautaire. Elle a renchéri en disant que le sens profond de la communion au Christ s’enracine dans le fait que nous avons été appelés par Dieu et nous sommes un peuple convoqué par Lui pour jouir gracieusement de son amour. Nous sommes invités à cultiver le pardon mutuel qui est  la condition sine qua non pour une vie communautaire féconde.

Nous avons vécu une très belle retraite dans un climat de silence, de recueillement, de méditation et d’écoute tant de la Parole de Dieu, des enseignements de la Sœur que de la vie de saint François d’Assise pendant nos différents moments de repas. Ce temps d’intimité avec Dieu et de ressourcement spirituel a permis à chacun de refaire ses forces en vue de hâter l’avènement du Règne de Dieu en nous, autour de nous et dans notre monde. Le dernier jour était consacré au bilan. Chacun a pu partager son expérience d’intimité avec Dieu et les grâces reçues.

Fr Bertrand Christian Sawadogo, a.a

Partager sur :
Publié dans A Ouaga, La vie des communautés | Laisser un commentaire