Visite de notre supérieur provincial à Sokodé

Durant la semaine écoulée, nous avons eu la chance d’accueillir notre supérieur provincial, le P. Benoît Gschwind, pour une semaine bien remplie de rencontres et d’échanges. Un des temps forts fut l’accueil de six nouveaux postulants en la fête de la vie consacrée, le 2 février 2017. Nous leur souhaitons bonne route sur leur chemin, à la suite du Christ dans notre petite famille religieuse.

Publié dans La vie des communautés | Un commentaire

Journée de récollection en famille de l’Assomption…

           Ce samedi, nous avions une journée de récollection avec nos 5 communautés de la famille de l’Assomption présentent à Sokodé : Religieuse de l’Assomption, Orantes de l’Assomption et Augustins de l’Assomption. Nos grandes sœurs nous avaient proposé le thème d’animation de leur année : l’amitié ! C’est donc votre serviteur qui a essayé d’animer cette matinée, en partant de nos sources : la Bible, saint Augustin, le Père D’Alzon et d’une réflexion sur l’amitié dans la vie religieuse. ‘Les deux expressions qui vont constituer les pôles du débat sur la place de l’amitié dans la vie communautaire sont apparues dans le discours chrétien pratiquement à la même époque. C’est chez Basile de Césarée que l’on rencontre pour la première fois la notion d’« amitié particulière », et c’est Évagre le Pontique, qui fut ordonné par lui, qui développe le premier une réflexion sur l’« amitié spirituelle ». […] L’histoire de la place accordée à l’amitié dans la vie chrétienne comporte deux grandes périodes. De saint Basile à la fin du Moyen Âge, et même à saint François de Sales, l’amitié est regardée comme une forme de la charité, parfois même sa perfection, à la condition qu’elle soit vécue en Christ. Les références constantes du discernement sur les affections vécues au sein des communautés sont la justice et la question du primat accordé au Christ. Les relations exclusives et possessives sont de ce fait écartées, sans pour autant que d’autres formes d’amitiés ne soient possibles. À partir de la diffusion de l’Imitation de Jésus Christ, la piété devenant plus individuelle, et reposant sur une opposition radicale entre nature et grâce, l’amitié sera vivement combattue, considérée comme une peste pour la vie commune et comme un frein à une consécration exclusive à Dieu.’ ( cf. Jean-Marie Gueullette, L’amitié dans la communauté : les enjeux théologiques d’une histoire complexe )

            Ces différents préliminaires nous ont permis de nous poser quelques questions sur la place de l’amitié dans nos communautés ; sur le désir de « faire de nos communautés des écoles d’amitié » (cf. Timothy Radcliffe) ; sur le fait de vivre nos amitiés en Dieu ; sur l’amitié comme témoignage évangélique ; sur l’amitié comme force au service de la mission, ou encore sur l’amitié comme chemin de préparation à vivre l’amitié du Père, du Fils et de l’Esprit…

Après un temps de partage en petits groupes, l’Eucharistie suivie du repas convivial nous ont permis de resserrer concrètement nos liens de fraternité et, je l’espère… d’amitié !

Publié dans A Komah, Au Noviciat, La vie des communautés | Laisser un commentaire

Vœux perpétuels de Sr Judith Marie Flore KABORE, OA

Depuis l’arrivée des Oblates de l’Assomption au Burkina Faso en 2000, la sr Judith Marie Flore KABORE est la première burkinabé à émettre ses vœux perpétuels au sein de la famille religieuse. La profession eut lieu le 30 décembre, au cours d’une célébration eucharistique présidée par monseigneur Paul Y. Ouédraogo, archevêque de Bobo Dioulasso, en la paroisse saint Vincent de Paul de Bobo au Burkina Faso.

C’est à 9h que la messe débuta avec une assemblée composée de img_8465religieux et religieuses, de la chorale, des parents, de quelques membres de la famille et amis. Dans son homélie, monseigneur Paul Y. Ouédraogo rappela à la Sr Judith la raison d’être de sa consécration : « l’Adveniat Regnuum Tuum » et l’invita à consentir à être une particule de sel et une étincelle de lumière dans le monde.

Après avoir affirmée son don total au Seigneur et à la congrégation, dans un dialogue entre elle et la supérieure régionale, la sr Honorine KOMBI, elle professa ses vœux entre les mains de cette dernière. L’archevêque la bénir ensuite, et lui remis les insignes de la profession : l’anneau, en signe de fidélité au Christ ; la croix, en signe de soumission au Christ et un cierge allumé comme symbole de la lumière qu’elle est appelée à être pour le monde. Ainsi pris fin le rite de profession religieuse.img_8506

Après le mot de remerciement de la professe et de la supérieure régionale, l’archevêque pris la parole et remercia en retour les Oblates de l’Assomption. Il en profita pour exprimer de vive voix son désir de voir les assomptionnistes s’installer dans son archidiocèse.

Après la bénédiction finale, la fête se poursuivit dans une ambiance joyeuse et festive autour d’agapes fraternelles et conviviales. Daigne le Seigneur bénit la consécration de la Sr Judith Kaboré et puisse-t-elle être un serviteur fidèle pour l’Adveniat Regnuum Tuum.

Fr Jovic KOUEPOU a.a.

img_8633    img_8484 img_8692 img_8473

img_8469

Publié dans La vie des communautés | 2 commentaires

Un joyeux moment de détente en équipe de vie

Samedi dernier, 17 décembre, les frères Adams, Pierre, Nicolas et moi-même avons effectué une visite aux crocodiles de Bazoulé dans le cadre d’une détente en équipe de vie que nous formons. Ce fut un beau moment de découverte et surtout de resserrement de nos liens de fraternité.

Fr. Jovic, a.a.imgp8918 imgp8910 imgp8918 imgp8932 imgp8935 imgp8936 imgp8952

Publié dans La vie des communautés | Un commentaire

Sortie-détende en équipe de vie à Dédougou

C’est à Dédougou, la « Cité de la pierre rouge », à 232 km à l’Ouest de Ouagadougou, que les frères Ignace, Jean-Valère, Martin et Paulin ont choisi d’aller passer le weekenimg_20161119_105928d du 18 au 20 novembre 2016. Cette sortie se situe dans le cadre des activités de notre équipe de vie et elle avait pour objectif de faire la découverte de cette ville et d’y effectuer une animation vocationnelle.

Arrivés à Dédougou dans la nuit du vendredi 18 novembre, nous avons logé à Tionkyui, au petit séminaire du diocèse de Dédougou où le frère Martin a eu la joie de rencontrer un de ses anciens formateurs au  petit séminaire Saint Pie X de Lomé, l’Abbé Jean-Bosco DAO.

La journée du samedi 19 novembre a été particulièrement meublée par diverses visites et découvertes. Guidés par l’Abbé Pascal COULIBALY, économe du petit img_20161119_094639Séminaire, nous sommes allés découvrir dans la matinée le Centre de Formation des Catéchistes, l’archevêché, la communauté des Sœurs Missionnaires de la charité (Congrégation religieuse fondée par Mère Térésa), la maison des pères retraités et malades du diocèse de Dédougou. Nous avons fini notre matinée par un passage au presbytère de la cathédrale de Dédougou.

L’après-midi, nous sommes allés découvrir la cité des forces vives, la paroisse Sainte img_20161119_102358Trinité, deuxième grande paroisse de la ville de Dédougou tenue par les Carmes déchaux. La visite s’est achevée chez les sœurs de Notre Dame de la Consolation. Cette balade-découverte fut pour nous une occasion de découvrir la belle ar chitecture de la ville de Dédougou.

Le soir, nous avons célébré la messe anticipée de dimanche à la paroisse cathédrale. Messe présidée par le père Paulin qui a  saisi l’occasion pour présenter le charisme de l’Assomption.

Le dimanche 20 novembre, jour de la solennité du Christ Roi de l’Univers, nous sommes retournés célébrer à la cathédrale et nous avons, comme la veille, étimg_20161120_102121é présentés par le curé, l’Abbé André KIENTEGA. Après la messe, nous avons eu une animation vocationnelle avec les jeunes vocandis de la cathédrale afin de mieux faire connaître la grande famille de l’Assomption et particulièrement les Augustins de l’Assomption. Suite à cette rencontre, nous avons été conviés à partager le repas de midi avec l’équipe presbytérale de la cathédrale.

Signalons qu’avant de reprendre la route pour Ouagadougou, nous avons été reçus dans la famille de Judicaël KOGO, un jeune aspirant de l’Assomption, en contact avec la congrégation depuis quelques mois.

C’est avec joie et reconnaissance que nous avons dit au revoir aux formateurs du petit séminaire qui nous ont nourri et hébergé pendant notre court séjour dans leurs murs.

                                                                                                Fr Jeimg_20161120_115420an-Valère, aa.img_20161120_115535img_20161120_144517

Publié dans A Ouaga, La vie des communautés | Laisser un commentaire

Mémoire des bienheureux Kamen Vitchev, Pavel Djidjov et Josaphat Chichko à Ouagadougou.

Présentation PowerPoint des martyrs bulgares

Présentation PowerPoint des martyrs bulgares

En Assomption, novembre est un mois de joie et surtout d’action de grâce. On y célèbre en effet, respectivement, la fête des bienheureux martyrs assomptionnistes bulgares le 13 novembre et le Dies Natalis du P. Emmanuel d’Alzon le 21 novembre. A Ouagadougou, la journée du 13 Novembre s’est déroulée dans une ambiance festive ente religieux, laïcs en lien avec la communauté et ses amis.

Elle débuta à 9h30 au centre Lauriers de Ouagadougou. Dans son mot de bienvenue, le P. Jean Paul SAGADOU, supérieur de la communauté, a, d’entrée de jeu, noté qu’en faisant mémoire de nos bienheureux martyrs assomptionnistes, nous pensons également à nos 3 frères congolais assomptionnistes disparus depuis 3 ans et au P. Vincent MACHOZI, qui fut assassiné en mars dernier au Congo. Il fit ensuite une présentation générale du P. Emmanuel d’Alzon et des débuts de l’Assomption avant de passer la parole au P. Nicolas et au Fr. Adams pour une brève présentation des élus du jour. De leur propos, on retient substantiellement qu’ils furent accusés à l’époque communiste en Bulgarie avec 30 autres personnes. Après un procès monté de toute pièce, ils furent les seuls, avec un évêque, condamnés à mort et seront donc fusillés le 11 novembre 1952. Ce furent des éducateurs et des artisans de l’unité entre les églises de rites différents. Ils furent béatifiés le 26 Mai 2002 par le saint Pape Jean Paul II en Bulgarie. Après ce partage, la parole fut donnée à Jean Valère, qui partagea, cette fois-ci, son expérience du fondateur des Augustins de l’Assomption, le P. Emmanuel d’Alzon. Cinq principaux traits du P. d’Alzon marquent la vie du jeune religieux togolais : sa foi et sa vie de prière, son amour pour le Christ et pour l’Eglise, sa passion pour la dignité et le développement intégral de l’hom

Le Frère Valère parle de son attrait pour le Père d'Alzon

Le Frère Valère parle de son attrait pour le Père d’Alzon

me, sa passion pour le Règne de Dieu et enfin son ardeur apostolique. Le Fr. Jean Valère finit son propos en ouvrant une série d’échanges entre invités et religieux assomptionnistes. Suite à celle-ci, l’on passa à la messe d’action de grâce présidée par le P. Jean Paul SAGADOU. Tandis qu’elle prenait fin à 12h30, le repas de fête était déjà installé. C’est donc dans une ambiance joyeuse, festive et conviviale que se termina la fête.

C’est ainsi que se déroula la fête à Ouagadougou. Puissent-ils, nos bienheureux martyrs et le P. d’Alzon, prier pour nous et nous obtenir la grâce d’être des passionnés de l’Adveniat Regnum Tuum à leur exemple.

Fr. Jovic KOUEPOU, a.a.

Photo de famille

Photo de famille

Publié dans La vie des communautés | Laisser un commentaire

Internoviciat sur la connaissance de soi…

Quelques photos de notre dernier internoviciat, portant sur la connaissance de soi et animé par le père Charles AGBESSI, s.j., psychothérapeute… L’approche se voulait multiple, en s’appuyant sur différentes théories d’évolution de l’être humain (Freud, Erickson, Bowlby, Vygotsky, Siegler, Kohlberg,Fowler, Piaget etc…) , pour ne pas s’enfermer dans une seule approche et afin que chacun puisse voir où il en est dans les différentes étapes de croissance humaine évoquées…

Publié dans Au Noviciat, La vie des communautés | Laisser un commentaire

Pour se souvenir de nos frères martyrs…

Nos 10 frères martyrs

Nos 10 frères martyrs

Publié dans La vie des communautés | Laisser un commentaire

COMMENTAIRE D’EVANGELII GAUDIUM.

CHAPITRE I, ARTICLE 33.

Nos Églises sont appelées à être plus ouvertes, proches des gens, accueillantes, missionnaires. C’est un appel à la nécessité des conversions de mentalité et des changements d’habitudes : « La pastorale en terme missionnaire exige d’abandonner le confortable critère pastoral du « on a toujours fait ainsi ». Le pape appelle chacun à être ambitieux et inventif dans cet exercice de repenser les objectifs, les constructions, le style et les manières évangélisatrices de leurs propres communautés ». Pour le pape, il ne s’agit pas seulement de changer de lieu pour juste être missionnaire. Mais la raison qui doit nous y conduire, doit être le cœur de l’Évangile. C’est à partir d’une réappropriation des valeurs évangéliques dans tout ce qu’elles ont de pur et de profond qu’il faut trouver un nouveau sens et une nouvelle façon de s’élancer vers cet élan missionnaire nouveau de l’Église. Et, si l’on regarde vers cet Évangile, l’on devra savoir que cet élan de sortie nécessite, le fait d’accepter dans l’Église de faire un travail de facilitation du message évangélique. Et cela pour faire passer l’essentiel du message. Le pape incite à redéfinir une certaine « hiérarchisation des contenus », pour reprendre son expression. Tout n’est pas pareil. Si on veut être capable de sortir, pour aller vers les gens des périphéries, on ne peut pas leur fournir ou leur transmettre tout à la fois. Néanmoins, tout doit être au service finalement d’une parole : Dieu nous aime et nous sauve. Le reste, on verra cela plus tard. Le pape n’amoindrit rien, mais ordonne la manière de transmettre le message à la dimension missionnaire de la tâche de l’Église. Le Pape porte également son attention sur le réalisme. Il faut être conscient de ses capacités. La mission évangélisatrice est soumise à cela ; à la limite humaine. Il ne faut pas se le nier car l’humain est ainsi fait. Cependant il a la capacité d’être divers et l’on a besoin de toute cette diversité. Et dans cette diversité, l’on doit pouvoir trouver le language adéquat pour que le message soit bien compris. Il faut pouvoir se détacher d’usages ou de normes qui ne sont peut-être pas si essentiels ou bien qui sont même dépassés. Ensuite, il faut accepter la patience dans l’accompagnement des personnes. Cet élan sera guidé quelques fois par les évêques qui très souvent seront ceux-là qui sauront montrer la route.

Fr Jérôme. Adams, a.a.

Publié dans La vie des communautés | Laisser un commentaire

Retour sur les festivités jubilaires…

Les 14, 15 et 16 octobre 2016 la famille de l’Assomption était en fête, à l’occasion de l’ouverture du Jubilé des 60 ans d’arrivée des Augustins de l’Assomption en Afrique de l’Ouest, des 10 ans de présence au Togo et de l’ordination diaconale de deux premiers assomptionnistes togolais, prémices de cette refondation en Afrique de l’Ouest ! Frères, sœurs, amis, paroissiens, diocésains, venus des quatre coins du Togo et même du Burkina Faso, avec une belle délégation d’une trentaine de personnes, s’étaient mobilisés pour l’événement. Cinq moments majeurs ont marqué ces fêtes…

Maurice accueilli par le P. Benoît Grière

Maurice accueilli par le P. Benoît Grière

Admission officielle des nouveaux pré-postulants.

     C’est en présence du supérieur général et de son vicaire -une grâce spéciale pour cette promotion- que, le jeudi 13 octobre, au cours des vêpres dans la communauté de Komah, Casimir, Expedit, Jean-Olivier, Maurice, Billy et Romaric furent reçus officiellement comme pré-postulants dans la congrégation des Augustins de l’Assomption. Cette célébration, dans l’intimité de la communauté, marquait d’une pierre prometteuse l’ouverture des festivités !

Soirée d’échange avec amis et diocésains sur nos 10 ans de présence

         Le vendredi 14 au soir, environ 250 personnes s’étaient rassemblées à l’église Notre Dame de l’Assomption de Komah pour évoquer ensemble nos dix ans de présence à Sokodé. Nous avions demandé à plusieurs témoins d’intervenir : le père Benoît GRIÈRE, supérieur général (provincial de France à l’époque), un des principaux artisans de la refondation en 2006 avec les provinciaux d’Afrique et de Madagascar ; Mgr Ambroise DJOLIBA (via un entretien vidéo), évêque émérite de Sokodé qui nous a accueilli dans son diocèse ; Mgr Célestin-Marie GAOUA, évêque de Sokodé et curé de notre paroisse mère lors de notre arrivée ; Père Alfred PIGNAN, vicaire épiscopal ; P. Vincent KAMBERE, a.a. supérieur local et M. Louis DOLAMA, fidèle de la paroisse de Komah. Cette table ronde était animée par votre serviteur. Un beau témoignage d’un des pasteurs presbytériens présents à rehaussé la soirée. Il a souligné toute la fraternité vécue avec les assomptionnistes, une fraternité qu’il ne pensait pas possible entre frères d’Églises séparées, et insisté sur la nécessité de poursuivre sur cette lancée… Ce en quoi il fut rassuré par tous les acteurs présents, et en premier lieu par Mgr Gaoua, nouveau responsable de l’œcuménisme au sein de la conférence épiscopale du Togo !

Matinée sur notre histoire en Afrique de l’Ouest et nos rêves d’avenir…

      Le samedi matin, en famille de l’Assomption, nous avons revisité notre histoire… Un regard d’abord sur nos 33 années de présence en Côte d’Ivoire, présenté par votre serviteur, un des derniers témoins de cette épopée ivoirienne. Ce ne sont pas moins de 23 assomptionnistes qui donnèrent entre une et 23 années au service de cette mission, marquée par la fondation du collège Notre Dame d’Afrique à Abidjan -tenu par les assomptionnistes de 1957 à 1966-, et quelques 5 missions paroissiales de 1958 à 1990. Ce fut ensuite au tour du P. Jean-Paul SAGADOU ne nous partager quelques éléments sur notre refondation au Togo. Vinrent ensuite nos sœurs pour nous parler de leur histoire en terre Ouest Africaine : religieuses de l’Assomption, orantes de l’Assomption, oblates de l’Assomption et Petites sœurs de l’Assomption. Dans un deuxième temps un de nos jeunes frères, Martin ADANDOGOU ; le père Benoît GRIÈRE et un ami laïc de Ouaga, M. Robert OUÉDRAOGO, nous ont partagé leurs rêves ou leurs souhaits pour l’avenir… Le père Benoît GRIÈRE nous rappelant notamment qu’il est nécessaire de rêver ensemble et non pas seul !

Soirée festive…

    La soirée du samedi fut consacrée à la fête, à la danse, au chant, à l’humour et au témoignage… Nous nous sommes, en effet, tous retrouvés samedi soir au Centre Culturel Saint Augustin avec la présence supplémentaire de jeunes amis de l’Assomption venus partager leurs talents. L’animation et la détente étaient à l’honneur, mais sans oublier également un temps plus « sérieux » avec le témoignage des deux futurs diacres. Une très belle soirée, variée et riche avec des prestations de qualité sous la houlette du P. Bien Aimé RAZAFIMAHAVELO…

Célébration d’action de grâce et ordination diaconale…

    Le dernier grand événement, et non le moindre, fut la célébration eucharistique dominicale présidée par Mgr Célestin-Marie-GAOUA. La paroisse avait, pour l’occasion, agrandi sa tente, pour une célébration en plein air capable d’accueillir les 1000 participants présents. Les chorales et tous les acteurs de la liturgie s’étaient mobilisées pour fêter dignement l’événement. Les frères Lucas SEZOUHLON et Georges HOUSSOU furent non seulement les premiers diacres assomptionnistes issus de cette refondation mais également les premiers ordonnés de Mgr GAOUA, notre nouvel évêque. Les interventions des uns et des autres : du président de la célébration au supérieur général en passant par la vice-présidente du conseil paroissial et des nouveaux ordonnés furent l’occasion de remerciements chaleureux pour la présence des assomptionnistes dans la paroisse depuis dix ans et pour l’accueil chaleureux du diocèse à notre égard… Comme il se doit, la fête se prolongea par des agapes à la hauteur de l’évènement, grâce au dévouement de tous !

     Nous vous donnons rendez-vous, si Dieu le veut, pour les 10 ans de la paroisse et pour l’ordination presbytérale de nos frères, fin 2017 !

 

Publié dans A Komah, A Ouaga, Au Noviciat, La vie des communautés | Laisser un commentaire