L’INVITE DU JOUR : L’ABBE JONAS ZOUNGRANA, AUMONIER DES LYCEES ET COLLEGES DE OUAGA


Ce samedi 8 octobre, l’Abbé Jonas Anselme ZOUNGRANA, aumônier des jeunes des lycées et collèges de la ville de Ouagadougou est venue parler de la pastorale des jeunes avec les frères de la communauté assomptionniste. Rappelons que la pastorale des jeunes et des vocations fait partie des chantiers possibles de l’engagement des assomptionnistes dans l’archidiocèse de Ouagadougou. On compte plus de 300 établissements secondaires dans l’archidiocèse de Ouagadougou. Ces établissements sont répartis en 6 pôles ou Centres d’Animation Secondaire (CAS) : un pôle Est, un pôle Ouest, un pôle Centre, un pôle Centre-Ouest, un pôle Nord et un pôle Sud. La prise en charge pastorale de tous ces pôles n’est pas encore assurée.

Pour L’abbé Jonas, dans l’avenir, on devrait pouvoir créer 6 aumôneries pour couvrir ces 6 pôles. Beaucoup d’activités sont déjà proposées aux jeunes : des célébrations eucharistiques, des recollections, des activités culturelles et sportives, des colonies de vacances, des camps de reboisement etc.… Cette année, dans la dynamique de la pastorale globale du diocèse, l’aumônerie veut mettre l’accent sur la découverte de la Parole de Dieu en incitant chaque jeune à avoir « sa Bible ». L’objectif est le suivant : apprendre connaître, à aimer, à vivre et annoncer la Parole de Dieu. L’aumônerie dispose de locaux où les jeunes peuvent se retrouver pour certaines activités. Cela dit, il existe aussi dans chaque établissement, une Communauté Chrétienne de Base des Elèves (CCBE) qui rassemble tous les élèves catholiques de l’établissement.

En rencontrant l’Abbé Jonas, la communauté assomptionnistes a pu se rendre compte des réalités de la pastorale des jeunes à Ouagadougou et des besoins immenses en terme d’encadrement. Au chapitre local, notre communauté devrait pouvoir dégager certains frères pour collaborer avec l’Abbé Jonas au service de la pastorale des jeunes et vocations.

Fr. Fabrice AKELESSIM

Partager sur :
Ce contenu a été publié dans La vie des communautés. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *