DU DIALOGUE INTERRELIGIEUX

CONFÉRENCE LAVIGERIENNE NOVEMBRE 2012
DU DIALOGUE INTER-RELIGIEUX

Jeudi 03 novembre 2011, les étudiants de la Maison LAVIGERIE ont bénéficié d’une conférence sur le thème du dialogue interreligieux. Cette conférence a été animée, dans l’Amphithéâtre de cette maison de formation, par le Père Gabriel KINDO, curé de la cathédrale de Ouahigouya (Burkina-Faso). Il a fait des études en islamologie en Egypte et à Rome. Le conférencier avait à sa gauche le recteur de la Maison, le père Didier Sawadogo qui a ouvert la séance et a fait le modérateur. Nous, étudiants assomptionnistes, accompagnés du Père Paulin Kakule, notre formateur, y avons participé non pas seulement comme étudiants à Lavigerie mais aussi en tant que membres d’une congrégation dont le charisme a une dimension œcuménique élargie au dialogue interreligieux. Nous y avons appris beaucoup de choses nouvelles que nous pouvons partager avec vous tous, religieux et hommes de bonne volonté.
La cohérence mais aussi la rigueur du conférencier ne pouvaient que nous tenir en haleine. Qu’est-ce qu’il voulait nous apprendre sur la relation qui existe entre musulmans et chrétiens ? Etait-ce pour nous dire que nous sommes tous musulmans ou que nous adorons tous le même Dieu ? Telles étaient les questions que l’on pouvait lire sur le visage des uns et des autres.
L’abbé Gabriel n’était que dans la droite ligne de l’invitation de Benoît XVI à commémorer et non à achever ce que Jean-Paul II avait initié à Assise : se retrouver ensemble pour prier pour la paix dans le monde, toutes les religions sans distinction. Il a ordonné son intervention essentiellement autour de quatre points : 1°) Mise en situation de la réalité même du dialogue. 2°) Les prémices du dialogue. 3°) La définition du dialogue. 4°) Les exigences du dialogue.
Le dialogue interreligieux qui est une rencontre non agressive de croyants avec d’autres croyants, ne consiste pas à convertir les uns ou les autres qui ne partagent guère la même vérité de foi. Pour une paix durable sur la terre, le dialogue s’avère nécessaire mais il exige d’avoir une base commune, un point de rencontre, de reconnaître le droit à la différence et que chacun se reconnaisse dans sa propre tradition et qu’il soit être ouvert. Le dialogue ne se fait pas parce qu’on a peur de l’autre ; c’est même une inhérence à la nature de la religion. Nous ne devons donc pas attendre des occasions officielles pour engager le dialogue ; nous pouvons le faire même mieux à travers de petites actions, de petits gestes au quotidien.
Les étudiants ont suivi avec beaucoup d’intérêt, et leur grand nombre montre combien la question du dialogue préoccupe les chrétiens catholiques. En signe de reconnaissance, une image du Pape Jean-Paul II a été offerte au Révérend Père Gabriel par le délégué général des étudiants après son mot de remerciement au conférencier.

Fr Lucas SEZOUHLON, aa

Ce contenu a été publié dans La vie des communautés. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à DU DIALOGUE INTERRELIGIEUX

  1. Gaston dit :

    Bravo pour ce partage. Je réalise après la lecture de cet article que finalement la voie de l’amour est remarquablement ouverte à tous… Ainsi l’amour devient un centre ou un dénominateur commun qui nourri le dialogue entre les religions. Qu’en pensez-vous ?

  2. Camara dit :

    Je suis très heureux de vous, j’aime beaucoup ce genre de conférence et j’ai pleinement pris goût des idées du conférencier. Et j’aimerais entré en contact avec le père Kindo ci possible

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *