La vie religieuse ?

Il y a de cela 10 ans que l’on me pose  cette question. Quoi ? La vie religieuse ? Pourquoi pas chez les diocésains ? Ou encore : « tu es trop jeune ! ». Tant d’amis et de proches s’étonnaient de mon choix.

Tout a commencé par la vie en groupe que menaient quelques jeunes élèves réunis autour d’un prêtre du diocèse de Kpalimé. Les entendre psalmodier en chœur chaque soir, ou les voir les week-ends lors du travail manuel dans la causerie, ou encore aller au champ avec le Père qui, quelques fois, les amenait en bus, m’interpellait et creusait en moi le désir de vivre comme eux. En semaine, chacun se rendait à ses études et à midi ils se retrouvaient autour d’une même table pour le partage du repas : quelque chose de nouveau pour moi, parce qu’en famille chacun mangeait dans son coin. Je rejoignis ce groupe dès la rentrée scolaire de septembre 2002. Les temps de retraite et de session qu’on passait au monastère de Dzogbégan affermissaient et nourrissaient profondément ma vocation et mon choix de vie religieux plutôt que diocésain. C’est ainsi qu’un jour, un ami séminariste m’informait du passage d’un religieux assomptionniste qu’il devait rencontrer. Etant toujours animé par ce désir de devenir religieux prêtre, je le suivi sans tarder. Je rentrais ainsi en contact avec l’Assomption en la personne du Père Jean-Paul SAGADOU en août 2006. En août 2008, je passai à Sokodé pour la session vocationnelle en vue de faire mon entrée prochaine. A la fin de ladite rencontre, il me fut demandé une expérience universitaire. Cette aventure universitaire me conduisit très rapidement à poursuivre mon discernement vocationnel dans une infrastructure dénommée « Ecole de Vie » chez les frères de Saint Jean Apôtre. Durant ce temps,  je ré-exprimai mon désir  de devenir religieux assomptionniste.

C’est ainsi que le 22 septembre 2011 je fis mon entrée à l’Assomption pour une expérience de vie communautaire qui comble au jour le jour mon désir de vivre en communauté avec des frères venus d’autres régions. À cet effet, à l’Assomption, la simplicité des formateurs et l’attention qu’ils nous portent en vue de notre croissance tant spirituelle qu’humaine,  leur fraternité et leur proximité, leur confiance en des « tous jeunes » que nous sommes, renforcent chaque jour mon choix de vie assomptionniste dans une totale liberté et franchise à la suite du Christ en vue de l’avènement du royaume.

Aujourd’hui, j’approfondis ma connaissance de l’Assomption et la quête de Dieu en vue de ma perfection dans une nouvelle étape au noviciat des Augustins de l’Assomption à Sokodé.

Puisse Dieu,  par la grâce de notre seigneur Jésus Christ, par l’intercession de Notre Dame de l’Espérance et avec l’accompagnement  des ainés,  achever en moi son œuvre de rédemption.

                                                           Pierre-Paul, novice aa.

Partager sur :
Ce contenu a été publié dans Recherche vocationnelle, Témoignages. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *