A L’ÉCOLE DES « PRÉSUMÉES SORCIÈRES ».

Mon groupe d'apostolatJ’ai eu à vivre cette année une belle expérience de vie apostolique qui m’a nourri tant humainement que spirituellement. Une expérience de partage mutuel, d’action de grâces et de célébration de l’amour du prochain. Je veux parler de mon apostolat au près des femmes présumées  “sorcières“ du centre « Delwendé ». Ce partage est pour moi une action grâce pour la vie de ce centre et une invitation à prier pour les pensionnaires et ceux qui travaillent dans ce centre.

Le centre « Delwendé »  de Ouagadougou prend en charge environ  400 femmes bannies de leur village parce qu’accusées de sorcellerie. Au Burkina Faso, dans les campagnes, certains décès inexpliqués sont attribués à des « mangeuses d’âmes ». Ces femmes auraient voulu êtres près de leurs enfants et petits-enfants mais elles sont marginalisées. Elles sont privées de l’affection de leur famille et de leurs petits-enfants, car il leur est strictement interdit de leur rendre visite au centre.  S’ils le font, ils sont eux aussi bannis car ils sont soupçonnés de pouvoir commettre après, des actes de sorcellerie pouvantCentre delwendé mettre à mal le village. L’occupation des femmes de « Delwendé » est de filer du coton et de faire la culture maraîchère. Leur condition de vie laisse beaucoup à désirer : manque d’hygiène, cases vétustes, manque de nourriture, etc. Malgré toutes ces difficultés, ces femmes ne se découragent pas : elles sont épanouies et espèrent en Dieu. Lorsque je demandai à l’une elles, comment elles surmontaient cette marginalisation de la société, elle me demanda à son tour si je connaissais le sens de « Delwendé », le nom de leur centre. « Delwendé » est un mot Mooré qui signifie « Prends appui sur Dieu ». Ainsi, Dieu est leur seul appui. Cette réponse m’a beaucoup touché et m’aide à trouver une solution à mes questionnements sur le mal.

Fr. Georges exécutant une danse avec une dame du centreChaque samedi  après-midi, le Fr. Georges et moi allons rendre visite à  « nos mamans » de « Delwendé ».  Notre but est de lutter contre cette fausse vision de la société et donner de la valeur, de la dignité humaine à ces dames rejetées par la société ; même à l’intérieur du centre, ces dames ne sont pas épargnées par la discrimination féroce de la société. Au marché par exemple, on refuse de leur vendre ou d’acheter leurs produits. Nos visites sont, pour ceux qui nous voient entrer dans le centre, un témoignage. Ils se demandent : «  que vont faire ces jeunes tout joyeux dans un centre où on peut manger leurs âmes » ? Certains laissent tomber en fin de compte les préjugés qu’ils portent sur ces dames. Notre activité dans le centre consiste dans un premier temps à causer, à jouer, à danser, bref à donner de la chaleur humaine aux dames du centre. Puis dans un second temps à travailler dans leur jardin où elles cultivent du chou, de la carotte, de la laitue etc.

Centre delwendé 2Cette pastorale auprès de ces vaillantes dames m’a appris à écouter, à entrer en dialogue avec l’autre sans conditions, à développer un esprit critique constructif. J’ai appris aussi à être attentionné et respectueux des autres. Ces valeurs, inspirées de l’Évangile, m’ont conduit à un approfondissement de ma foi.

Je termine mon partage par ces paroles de la Sœur Emmanuelle que je fais miennes : «Je crois en Dieu bien sûr, c’est ma source. Mais je crois que c’est plus important de croire en l’homme puisque Dieu s’est fait homme pour aider les autres». Le mystère chrétien éclaire Fr. Michel en train d'arroserla condition humaine. Le thème « l’homme est à l´image de Dieu » est une affirmation de la dignité humaine. Cette image de Dieu doit donc être respectée. Ma prière et mon souhait sont que nous ayons tous à l´égard de tout être humain, sans considération de ce qu’il est, le regard et le geste que Dieu a sur nous, regard et geste qu´il nous a montrés en Jésus-Christ, geste de guérison, de pardon et de salut.

Fr. Michel A. EFOEGAN

Ce contenu a été publié dans A Ouaga, Hommes de communion, La vie des communautés, Qui sommes-nous ?, Solidaires des pauvres, Témoignages. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à A L’ÉCOLE DES « PRÉSUMÉES SORCIÈRES ».

  1. Justin HEMOU dit :

    félicitation aux frères George et son second qui rendent visite aux femmes rejettées pour raison de sorcelerie.nous sommes en union de prière avec vous dans l’apostolat pour qu’elles retrouvent la paix et la joie du Jésus Christ sauveur de tout homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *