UNE FORMATION POUR UNE ANIMATION VOCATIONNELLE RÉUSSIE

Animation vocationnelleLe Groupe Inter-Congrégationnel des Animateurs/Animatrices des Vocations, GIAV en sigle, est un groupe qui fonctionne à Ouagadougou depuis une dizaine d’années en vue de coordonner les activités d’éveil et d’animation des vocations religieuses et sacerdotales. Ses activités ordinaires sont : les réunions de concertation et de planification chaque deuxième jeudi du mois, deux réunions d’animation vocationnelle par an en raison d’une le semestre et une session d’un week-end de formation de ses membres au mois de novembre.

Depuis au moins cinq ans, le GIAV a projeté organiser une session, cette fois-ci de durée un peu plus longue, pour permettre à ses membres et à un grand nombre d’animateurs/animatrices de profiter d’une formation approfondie pour une animation vocationnelle réussie. Cette session s’est tenue du dimanche 17 novembre soir au samediAnimation vocationnelle 23 novembre matin au centre spirituel Paam Yôodo (i.e. tirer profit), un centre dirigé par les pères jésuites. Elle a connu la participation de 49 membres dont 37 religieuses membres de 24 congrégations et 12 religieux membres de 9 congrégations. Ils étaient 20 de Ouagadougou, 5 de Koudougou, 5 de Ouahigouya, 5 de Dédougou, 3 de Fada N’gourma, 3 de Bobo Dioulasso, 2 de Manga, 1 de Koupela, 1 de Diébougou, 1 de Bamako au Mali, 1 de Djougou au Bénin, 1 de Dapaong au Togo, 1 d’Atakpamé au Togo.

De la dimension de la foi de l’animateur/animatrice des vocations à son rapport avec l’Église locale via l’impact de la culture moderne des médias,  l’impact des traditions et croyances sur son être et sa dimension psychologique, tout a été mis au point pour assouvir vraiment la soif des participants. Les intervenants bien informés en ces questions ont assez bien concocté les choses pour que tout se passe selon les attentes de tous.

Pour l’essentiel, l’on peut retenir que pour une animation vocationnelle réussie, l’animateur/animatrice des vocations religieuses et sacerdotales doit être :

–          un homme, une femme de foi en Jésus-Christ qui, malgré nos déficiences, nous fait confiance en nous appelant à sa suite pour être avec lui, apprendre de lui et repartir de lui dans son champ où lui-même nous précède ;

–          un homme, une femme d’une bonne estime de soi, d’une psychologie holistique établissant un équilibre entre toutes les dimensions de la personne humaine : la dimension physique (corps), la dimension spirituelle (âme), la dimension affective (cœur), la dimension mentale (esprit), la dimension sociale (relation) et consultant toutes ces dimensions pour éveiller et animer les vocations pour l’Église d’abord et pour sa congrégation ensuite ;

–          un homme, une femme bien ouvert aux médias pour non seulement la visibilité de sa congrégation, mais aussi pour atteindre un large public en même temps ;

–          un homme, une femme bien enraciné(e) dans sa tradition et non influencé(e) par elle, c’est-à-dire un homme, une femme bien informé(e) des us et coutumes du lieu de son insertion mais conduit par le Christ, Parole de Dieu et lumière du monde ;

–          un homme, une femme relationnel(le), ouvert à l’Église locale dans un esprit désintéressé, c’est-à-dire ne venant pas dans un diocèse ou dans une paroisse rien que pour les vocations, mais ouvert à toute la vie de son lieu d’insertion ;

–          etc.

P. Paulin K. VYAKUNO-WA-KARONGO,AA

Partager sur :
Ce contenu a été publié dans A Ouaga, La vie des communautés. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *