Noël à Delwendé

Noel au Centre DelwendéLe 26 décembre dernier a eu lieu au centre Delwendé, la fête de la nativité du Christ. Delwendé, vous l’aurez certainement déjà lu sur ce blog ou peut-être que vous le savez déjà, est un centre de plus de 400 vieilles femmes présumées sorcières. Le 26 décembre donc, mémoire du premier martyre, St Etienne, l’évêque auxiliaire Mgr Léopold a célébrée une Eucharistie dans ce centre, qui a rassemblé près d’une centaine de fidèles chrétiens et amis sympathisants ou des personnes bien attentionnées qui ont donné une touche particulière à cette fête par leur présence. La communauté assomptionniste y était aussi, représentée par les Frères Michel et Fabrice-Marie. Mgr Léopold par cette célébration, entend partager sa foi et témoigner de l’amour de Jésus-Christ pour ces femmes abandonnées de leurs familles. En faisant un parallèle entre le martyre d’Etienne et la vie de ces vieilles femmes marginalisées Mgr Léopold a lancé un cri de cœur à tous les participants de cette Eucharistie (à leur tour porteurs de message) à repenser la dignité de l’homme dans son intégrité. On pouvait bien sentir la joie qui animait ces vieilles femmes (manifestées par de beaux chants en chœurs et des danses)  qui se sentaient une fois encore aimées et considérées. Au sortir de la célébration, nous avons pu obtenir de Mgr Léopold uneUne dame du centre en train de filer du coton interview,  et voici les propos qu’il nous livre :

Interview de Mgr Léopold OUEDRAOGO, évêque auxiliaire de l’archidiocèse de Ouagadougou

Fr Michel : Bonjour Monseigneur !

Mgr Léopold OUEDRAOGO : Bonjour mon frère !

Fr Michel : Nous sommes dans les festivités de la nativité de notre Seigneur le Christ et aujourd’hui c’est le 26 décembre et c’est la fête de Noël au Centre Delwendé. Qu’est-ce-que ça vous fait de venir célébrer ici ?

Mgr Léopold OUEDRAOGO : C’est avec une grande joie que je suis venu célébrer dans ce centre. J’ai eu l’occasion de les rapprocher davantage parce que j’ai été Curé pendant trois ans de cette paroisse (ndlr : Paroisse Tanghin) et régulièrement je venais. J’ai toujours admiré leur générosité et leur spontanéité. Quand il y a une activité communautaire à faire Avec Mgr Léopolddans la paroisse, elles (ndlr : Les femmes présumées sorcières) sont les premières à le faire et elles le font joyeusement et généreusement. Et donc quand je reviens ici, je reviens trouver jésus à travers elles. Et aujourd’hui fête de Saint Etienne, premier martyr, je suis venu leur dire « vous aussi vous êtes des martyrs de notre Eglise famille de Dieu et vous accueillez tous ces évènements avec courage, avec foi, avec amour et espérance pour continuer de vivre ». Vous entendez en arrière fond ces chants joyeux (ndlr : l’évêque auxiliaire de Ouagadougou faisait allusion aux chants et danses des femmes présumées sorcières) ? On ne les a pas obligées. C’est spontané ! Parce qu’elles savent que si il y en a qui les repoussent, qui les rejettent, le Seigneur, lui, les accueille et elles en sont heureuses. Alors nous sommes venus, vous et moi,  pour les vous êtes sur la bonne voie.

Fr Michel : Quelle message d’espoir avez-vous pour nos mamans qui vivent dans ce centre ?

Mgr Léopold OUEDRAOGO : C’est le message de la confiance en Dieu qui agit à travers les cœurs et qui les transforme. Il y a de cela cinquante ans, elles étaient encore beaucoup plus marginalisées. Mais maintenant, de plus en plus, les gens commencent à voir qu’elles ont raison et qu’ils doivent  les aider à se relever la tête. Alors mon message pour elles, c’est d’avoir confiance en Dieu, d’avoir le sens du pardon pour que au milieu de ces blessures, elles puissent qu’en même espérer et témoigner de l’amour de Dieu.

Fr Michel : Quel appel pouvez-vous adresser aux fidèles chrétiens du diocèse de Ouagadougou ?

Mgr Léopold OUEDRAOGO : C’est un appel à prendre l’Evangile au sérieux. Je crois que c’est même message que le pape François a donné à noël. «  Ce que vous aurez fait à l’un de ces petits et notamment à ces femmes accusées, marginalisées, c’est à Jésus lui-même que l’avez faits ». Donc un appel au partage, à la tolérance et  à l’accueil.

Fr Michel: Merci beaucoup Monseigneur !

Mgr Léopold OUEDRAOGO : Merci beaucoup à vous aussi qui êtes venez soutenir ces braves femmes.

Frs. Fabrice-Marie ADZAKLI & Michel EFOEGAN

Ce contenu a été publié dans A Ouaga, La vie des communautés, Qui sommes-nous ?, Solidaires des pauvres, Témoignages. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *