JOURNEES PAROISSIALES DE LA « JEUNE BOTOVI » A SOKODE

Jeune BotoviDu samedi 1er février au dimanche 2 février 2014, notre paroisse (Notre Dame de l’Assomption de Komah/Sokodé/Togo) a joyeusement vibré au rythme des journées paroissiales de la « jeune botovi ». Nous avons choisi deux journées consacrées à un plaidoyer pour la réalisation des droits des jeunes filles. Les jeunes filles communément appelées « botovi », qu’elles soient adolescentes ou enfants, sont les membres de la société qui ont le moins de droits au Togo comme partout ailleurs dans le monde. Souvent dépourvues du droit d’accès à l’éducation et à l’information, elles n’ont pas non plus droit à l’expression et ne décident pas pour elles-mêmes. Pour comble, elles sont souvent mariées trop tôt contre leur gré ce qui souvent Jeune Botovientraine des conséquences néfastes pour elles, aussi bien sur le plan psychologique que physique.

Face à cette marginalisation de la jeune fille, notre paroisse n’a pas voulu se taire ; et pour y remédier un tant soit peu, nous avons, en partenariat avec certains parents et avec la participation de Plan Togo, décidé d’apporter la lumière du Christ à ces jeunes filles, d’aller non seulement à leur rencontre mais aussi à celles des communautés pour débattre de tous les problèmes qu’elles rencontrent à Sokodé/Togo et faire la promotion de leurs droits. Il était question à  travers de telles rencontres d’inverser une situation peu reluisante: violences de toutes sortes, Journée Jeune Botovi_sokodénotamment les viols multiformes, les mariages précoces, les avortements… Ces jeunes filles sont des héroïnes d’un quotidien souvent dur, agressif et violent. Ces journées ont mieux que jamais permis une prise de conscience des droits de la jeune fille.

Au cours de la journée de samedi 1er février, des entretiens, causeries ont eu lieu entre les jeunes filles et une représentante de Plan Togo, assistée des mamans adultes de la paroisse pour un appui à leur formation. A travers cette journée il était question en plus d’aider la jeune fille à développer une véritable estime de soi, de lever le voile sur les multiples injustices subies par elles, traquées de tout temps par des préjugés. Ces causeries ont permis d’attirer leur attention sur le fonctionnement de leur corps et aussi de les informer des moyens de recours et des solutions qu’elles ont en cas de situation défavorable.Journée jeune botovi

Ces entretiens ont permis de comprendre que du mariage d’enfants aux grossesses précoces, en passant par la violence et l’exploitation, les filles font face à un grand nombre d’obstacles quand il s’agit de moyens financiers, d’aller à l’école et plutard de s’insérer dans la fonction publique comme leader. Devant un tel danger, notre responsabilité se veut donc engagée afin que l’autonomisation économique des filles et partant des jeunes femmes soient essentielles pour l’épanouissement de nos milieux de vie.Jeune_Botovi_SOKODE (1)

Il a été aussi question par cette journée d’engager et d’éduquer les jeunes filles sur des questions d’ordre civique comme contribution concrète aux efforts de certaines structures en faveur de la femme visant à accroître la participation des femmes dans le processus décisionnel au sein des collectivités.

Notre paroisse a voulu marquer cette journée par des événements, ateliers et des activités Jeune_Botovi_SOKODE (6)qui visaient à souligner et apprécier la contribution des filles. En plus des entretiens avec les jeunes filles, celles-ci se sont vues former à des ateliers de fabrication de chaussures, de boisson locale appelée « LIHA », de gâteaux et de croquettes afin de favoriser l’autonomisation financière de la jeune botovi. C’est ainsi que nos efforts à une juste considération des droits de la jeune fille montreront désormais combien nourrir la confiance et la capacité des filles est essentiel pour faire progresser non seulement l’engagement et le militantisme des femmes mais aussi pour hâter l’avènement du Règne de Dieu. La joie était là lorsqu’à longueur de journée les jeunes filles disaient joyeusement et avec détermination qu’un jour, elles seront meilleures chefs d’entreprise, ou dignes responsables de telle ou telle organisation, etc.

Et puisqu’il était question pour des groupes de jeunes filles de s’unir pour déterminer quels sont les obstacles dans leurs milieux à la participation des jeunes femmes dans la société civile et dans la sphère politique et même religieuse locale, certaines conseillères et jeunes femmes de la paroisse avec le concours de quelques religieuses de l’Assomption ont pu élaborer et mettre en œuvre des projets qui cherchent à répondre à certains de ces obstacles.

Le dimanche 2 février était l’apothéose en paroisse avec une messe animée par les jeunes filles ; à la fin de celle-ci elles ont présenté aux paroissiens les fruits de leur savoir-faireJeune_Botovi_SOKODE (7) à travers une grande kermesse avec musique, jeux divers, stands de vente de repas cuisinés par elles, etc. L’après-midi ce fut un intéressant match de football féminin qui a opposé les jeunes filles aux mamans adultes de la paroisse. Tous les paroissiens présents ont pu se réjouir de voir les jeunes filles et leurs mamans partager ces moments de joie en se livrant remarquablement à cette activité sportive. Puisse le Seigneur faire fructifier la semence jetée dans le cœur de ces jeunes filles et que par l’intercession de la Vierge Marie leur vie soit vécue avec plus dignité et de respect.

Voir plus de photos formidables ici !

Serge Patrick Simo, a.a.

Ce contenu a été publié dans A Komah, La vie des communautés, Qui sommes-nous ?, Solidaires des pauvres. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *