Prière pour l’unité des chrétiens à Sokodé

A Komah...

A Komah…

La semaine du 18 au 25 janvier de chaque année est consacrée à la prière pour l’unité des chrétiens. A Sokodé, trois principales rencontres œcuméniques, entre les chrétiens de l’Eglise Presbytérienne du Togo et ceux de la paroisse Notre Dame de l’Assomption de Komah, ont meublé la semaine : des célébrations œcuméniques, à l’ouverture et la clôture de la semaine, et une conférence au centre culturel saint Augustin suivie d’un concert.

La célébration d’ouverture s’est tenue à la paroisse Notre-Dame de l’Assomption. Les chrétiens s’y sont rassemblés pour méditer autour du thème proposé en cette année pour la circonstance : « Proclamez les hauts faits de Dieu ». Les symboles du sel, de la lumière et de la Parole de Dieu ont été choisis pour signifier en quoi et comment les chrétiens sont appelés à proclamer les hauts faits de Dieu : « vous êtes le sel de la Terre » ; « vous êtes la lumière du monde » et la Parole de Dieu en tant qu’outil par excellence, d’où l’invitation à revisiter les Saintes Ecritures.

Dans le même ordre d’idée, le prédicateur a invité chaque membre de l’assemblé à « rouler la pierre de sa vie ». Comment peut-on proclamer les hauts de Dieu sans rouler la pierre de nos vies, celle de nos difficultés et de nos guerres, de la désunion et bien d’autres ? Nous a t-il demandé. C’est en effet, à partir du récit de la résurrection du Christ, d’après l’évangéliste Mathieu, qu’il nous a invités à cet exercice, à l’image de la pierre qui fut roulée à l’entrée du tombeau de Jésus. Ceci n’est possible qu’à travers un témoignage vivant de la miséricorde de Dieu afin de donner espoir et vie aux personnes en proie à la souffrance et toute autre calamité. Ce message ne peut avoir un écho favorable que si nous sommes unis car c’est ensemble, d’un seul et même cœur, que nous pourrons proclamer les hauts de Dieu. C’est sur ces propos que s‘est conclue la célébration, après avoir rappelé le prochain rendez-vous.

P. Vincent Kambere

P. Vincent Kambere

Au centre culturel Saint Augustin, cette fois si, dans le cadre d’une conférence, les chrétiens se sont réunis afin de prêter une oreille attentive au P Vincent Kambere, a.a., le conférencier,  qui exposa sur le thème : « Possibilité ou impossibilité de l’unité des chrétiens ? ». Pour répondre à cette interrogation, le père a montré, dans un premier temps, qu’il existe des tendances qui ne favorisent pas l’œcuménisme : l’unanimisme et le syncrétisme. L’unanimisme viserait la purification des particularités de chaque confession chrétienne, afin que subsiste uniquement ce qui est commun d’un point de vue doctrinal. De ce point de vue, l’œcuménisme serait une sorte de confusion où chacun perdra des valeurs qui lui sont singulières et sacrées. Quant au syncrétisme, il s’agirait d’une combinaison des confessions chrétiennes en vue d’en faire une seule. Or, dans la réalité, chaque église possède des particularités qui ne sont pas toujours approuvées par les autres. C’est le cas de la vénération de la vierge Marie, pour les catholiques ; la sola scriptura pour les protestants ou encore le culte des icônes chez les orthodoxes. Il apparait donc clairement, que cette tendance n’est pas non plus en faveur de l’œcuménisme. Dans un second temps, le conférencier a proposé des attitudes qui viseraient l’unité telle que voulue par le Christ :

  • La reconnaissance de l’unité des chrétiens comme une des raisons d’être des chrétiens.
  • L’ouverture à l’autre en dépit de ses convictions et de ses origines.
  • La considération de l’autre : porter un regard bienveillant sur l’autre.
  • La tolérance : non pas celle qui entrainerait une confusion mais celle qui accueille l’autre sans bannir ses propres convictions.
  • Le témoignage de vie.

Ce sont ces attitudes que le père nous a instruit de garder jalousement si l’on veut être des acteurs, des artisans du mouvement œcuménique. C’est ainsi qu’a pris fin la conférence pour laisser la scène aux prestations des différentes chorales des Eglises réunies pour la circonstance (presbytériennes et catholiques). C’est donc dans une ambiance joyeuse que nous nous sommes donnés rendez-vous à l’Eglise presbytérienne pour la clôture de la semaine

La célébration de clôture fut pleine de joie et riche en enseignement. Le P. Benoit Bigard, a.a., dans son sermon à l’occasion, nous a invités à avoir des cœurs brûlants pour l’unité à l’image des disciples d’Emmaüs lors de la rencontre du Christ : « Oui Seigneur attise en nous le feu de ton Esprit de communion » avons-nous prié. La semaine de l’unité des chrétiens est une occasion de ranimer cette flamme en nous, parfois éteinte au cours de l’année, nous a-t-il dit. Mais alors comment l’entretenir dans le temps pour qu’elle reste toujours vive ? Le père nous propose trois moyens :

  • Ne pas se satisfaire de nos divisions
  • Soutenir toutes les initiatives en faveur de l’unité
  • Se rendre disponible à l’action de l’Esprit Saint qui seul peut réaliser cette unité

Et ceci dans l’action de grâce car la communion est déjà en marche. Il suffit de faire un feed back, pour se rendre compte des progrès considérables réalisés en moins d’un siècle. C’est une grâce.

Tels sont les évènements qui ont marqué notre semaine de prière pour l’unité des chrétiens.

Jovic Kouepou Kouepou, novice a.a.

Partager sur :
Ce contenu a été publié dans A Komah, Au Noviciat, La vie des communautés. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *