Journée de récollection en famille de l’Assomption…

           Ce samedi, nous avions une journée de récollection avec nos 5 communautés de la famille de l’Assomption présentent à Sokodé : Religieuse de l’Assomption, Orantes de l’Assomption et Augustins de l’Assomption. Nos grandes sœurs nous avaient proposé le thème d’animation de leur année : l’amitié ! C’est donc votre serviteur qui a essayé d’animer cette matinée, en partant de nos sources : la Bible, saint Augustin, le Père D’Alzon et d’une réflexion sur l’amitié dans la vie religieuse. ‘Les deux expressions qui vont constituer les pôles du débat sur la place de l’amitié dans la vie communautaire sont apparues dans le discours chrétien pratiquement à la même époque. C’est chez Basile de Césarée que l’on rencontre pour la première fois la notion d’« amitié particulière », et c’est Évagre le Pontique, qui fut ordonné par lui, qui développe le premier une réflexion sur l’« amitié spirituelle ». […] L’histoire de la place accordée à l’amitié dans la vie chrétienne comporte deux grandes périodes. De saint Basile à la fin du Moyen Âge, et même à saint François de Sales, l’amitié est regardée comme une forme de la charité, parfois même sa perfection, à la condition qu’elle soit vécue en Christ. Les références constantes du discernement sur les affections vécues au sein des communautés sont la justice et la question du primat accordé au Christ. Les relations exclusives et possessives sont de ce fait écartées, sans pour autant que d’autres formes d’amitiés ne soient possibles. À partir de la diffusion de l’Imitation de Jésus Christ, la piété devenant plus individuelle, et reposant sur une opposition radicale entre nature et grâce, l’amitié sera vivement combattue, considérée comme une peste pour la vie commune et comme un frein à une consécration exclusive à Dieu.’ ( cf. Jean-Marie Gueullette, L’amitié dans la communauté : les enjeux théologiques d’une histoire complexe )

            Ces différents préliminaires nous ont permis de nous poser quelques questions sur la place de l’amitié dans nos communautés ; sur le désir de « faire de nos communautés des écoles d’amitié » (cf. Timothy Radcliffe) ; sur le fait de vivre nos amitiés en Dieu ; sur l’amitié comme témoignage évangélique ; sur l’amitié comme force au service de la mission, ou encore sur l’amitié comme chemin de préparation à vivre l’amitié du Père, du Fils et de l’Esprit…

Après un temps de partage en petits groupes, l’Eucharistie suivie du repas convivial nous ont permis de resserrer concrètement nos liens de fraternité et, je l’espère… d’amitié !

Ce contenu a été publié dans A Komah, Au Noviciat, La vie des communautés. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *